Avec l’arrivée du printemps, de nombreux chantiers vont à nouveau être réalisés sur le réseau routier wallon. Maxime PREVOT, Ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière ainsi que la SOFICO ont décidé de consacrer la campagne de prévention routière du mois de mars à la sécurité aux abords des chantiers et plus particulièrement au danger que représente une vitesse excessive des usagers à leurs abords.

La campagne se base sur les résultats d’une vaste enquête menée au niveau européen en 2015 et qui révèle que près de 7 Belges sur 10 reconnaissent « oublier » de ralentir à l’approche d’un chantier. En Wallonie, tous contrôles radars confondus, quelques centaines de procès-verbaux ont été dressés en moyenne chaque jourpour des excès de vitesse enregistrés à hauteur d’un chantier.

Concrètement, pour le Ministre Maxime PREVOT et la SOFICO, cette campagne vise à :

  • sensibiliser les usagers de la route au danger que représente cet excès de vitesse pour eux-mêmes, mais également pour les autres usagers ainsi que pour les ouvriers qui sont actifs au sein des chantiers ;
  • inciter les usagers à avoir le réflexe de lever le pied à l’approche d’un chantier.

Cette campagne sera visible durant tout le mois de mars sur les 300 panneaux qui bordent les autoroutes et routes nationales stratégiques de Wallonie.

Un chantier = une zone à risque

La présence d’un chantier sur les autoroutes accroit les risques d’accidents mortels. En Wallonie, on recense en moyenne chaque année 3 décès et 108 blessés suite à un accident survenu à hauteur d’un chantier effectué sur autoroute.

Diminuer sa vitesse permet d’anticiper toute modification de la configuration de la route (déviation, rétrécissement ou suppression de bande) et de conserver un trafic fluide. De plus, il est crucial d’y modérer sa vitesse pour protéger également les agents qui y travaillent. Ils sont parfois particulièrement proches de la circulation et ne sont pas toujours forcément visibles. Enfin, même lorsqu’il est inoccupé, un chantier reste une zone dangereuse.

Le camion absorbeur de chocs et une signalisation adaptée

Ces véhicules accompagnent des chantiers qui revêtent un degré de dangerosité particulièrement élevé, autrement dit des chantiers de courtes durées, souvent mobiles, difficiles à signaler et qui ne doivent pas s’accompagner de panneaux invitant à diminuer la vitesse. Ces « camions tampons » permettent de protéger les équipes actives une centaine de mètres plus loin. Il n’est pas rare, malgré l’annonce de leur présence par un camion remorque, que ces chantiers surprennent encore les usagers. Ainsi, chaque semaine, deux camions absorbeurs de chocs sont endommagés sur les autoroutes belges. Par ailleurs, les mesures de signalisation et de sécurité sur chantiersont établies conjointement par la Direction Générale des Routes du Service public de Wallonie, les entrepreneurs et l’Agence wallonne pour la sécurité routière.

Des contrôles de vitesse pour inciter à ralentir

Pour diminuer au maximum les risques sur les chantiers, des limitations de vitesse sont imposées. Le respect de ces limitations est primordial pour la sécurité de tous.

Pour inciter les conducteurs à lever le pied, la SOFICO et la Direction Générale des Routes du Service public de Wallonie analysent chantier par chantier la nécessité du placement d’un radar semi-fixe (Lidar) en fonction de différents critères : proximité d’une zone à risque, densité et vitesse du trafic, caractéristiques de la voirie, configuration et durée du chantier, … Si un radar de ce type s’avère particulièrement utile pour faire respecter par tous les usagers de la route les vitesses imposées pour leur sécurité, l’entrepreneur chargé des travaux doit prévoir la location d’un radar. Ce radar sera géré par la Police fédérale de la route ou la zone de police locale concernée.

Ces radars semi-fixes sont de vrais outils de prévention et de répression en matière de sécurité routière et non pas un moyen de faire rentrer de l’argent dans les caisses publiques. En effet, afin de ne pas piéger les automobilistes et d’attirer leur attention sur le danger de la zone traversée, ces radars « chantiers » sont annoncés par un panneau annonçant le contrôle sur les travaux.

Pour le Ministre Maxime PREVOT, la prudence aux abords des chantiers doit devenir un automatisme pour l’ensemble des usagers de la route. Cette campagne permettra donc de renforcer toutes les actions qui sont déjà menées en Wallonie avec l’ensemble des acteurs de terrain pour accroître la sécurité routière et atteindre l’objectif fixé par le Ministre : réduire à 200 le nombre de victimes sur les routes wallonnes d’ici 2020.

Bleiben Sie mit dem Newsletter SOFICO stets über unsere Neuigkeiten sowie über die verschiedenen Baustellen im wallonischen strukturierenden Verkehrsnetz auf dem Laufenden.

Die in Arbeit befindlichen Baustellen
Aktivitäten der SOFICO
Le symbole « * » signifie « champ requis » conformément à notre Notice vie privée
En vous inscrivant à la newsletter, vous acceptez que vos données personnelles soient traitées conformément à notre Notice vie privée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, conformément à la Notice vie privée