Ce vendredi, le Ministre wallon de la Mobilité et des Transports Carlo DI ANTONIO, la SOFICO et le SPW Mobilité et Infrastructures ont inauguré le nouveau Centre Perex, construit en moins de deux ans. En plus des services liés à l’exploitation du réseau routier, le Centre Perex abritera également les services de gestion du réseau navigable. Aujourd’hui, une écluse a d’ailleurs été commandée pour la première fois depuis le Centre Perex. Cette première en Wallonie en annonce d’autres puisque l’ensemble des ouvrages d’art de la Basse Sambre et la Haute Meuse seront, à terme, gérés depuis le Centre Perex.

Situé à proximité de l’échangeur autoroutier de Daussoulx, le Centre Perex est un lieu emblématique du paysage institutionnel wallon. Près de 20 ans après son inauguration, le bâtiment initial, inauguré en 1999, et ses équipements commençaient à présenter des signes d’obsolescence (logiciels, bases de données, applications, etc.) et ne répondaient plus aux besoins actuels en matière de gestion et d’exploitation des infrastructures.

En février 2017, face aux enjeux majeurs en matière de mobilité et de transport, le Gouvernement wallon a alors décidé de charger la SOFICO de construire un nouveau Centre Perex avec l’ambition de doter la Wallonie d’une gestion « high-tech » de ses infrastructures  routières et navigables.

Le nouveau bâtiment inauguré ce matin à Daussoulx permettra notamment de gérer, à partir du même endroit et en temps réel, l’ensemble des infrastructures du réseau (auto)routier et des voies hydrauliques, avec comme priorités : plus de sécurité routière, l’amélioration de la mobilité et une meilleure information des usagers. Cette surveillance et cette gestion sont assurées par le SPW Mobilité et Infrastructures, nouvelle entité issue de la fusion de la Direction générale des Routes et Bâtiments (ex-DGO1) et de la Direction générale de la Mobilité et des Voies hydrauliques (ex-DGO2). Pour la SOFICO, gestionnaire du réseau structurant de Wallonie, il était essentiel de financer ce Centre crucial en termes de mobilité.

LE 3E ETAGE, CŒUR NEVRALGIQUE

La salle de permanence du trafic routier avec son emblématique mur d’écrans se situe désormais au 3e étage du nouveau bâtiment. C’est le cas également pour les salles de permanence du réseau navigable à partir desquelles le trafic fluvial pourra être suivi en temps réel sur l’ensemble du réseau navigable. La surveillance du niveau des eaux sera également géré de façon intégrée depuis Perex au travers de la régulation des barrages au fil de l’eau. De cette manière, le SPW garantit un niveau d’eau suffisant pour la navigation et joue un rôle de premier plan en matière de prévention des crues. Et, comme cela a été le cas pour l’écluse de Salzinnes ce matin, l’ensemble des écluses de la Basse Sambre (2026) et de la Haute Meuse (2035) seront gérées à distance depuis le Centre Perex.

Le bâtiment inauguré ce vendredi abritera également :

  • la gestion opérationnelle du réseau fibre optique de la SOFICO, capital notamment au développement d’une gestion dynamique du trafic routier et fluvial,
  • de nombreuses salles de coworking et de réunions,
  • le Centre régional de traitement (CRT) de la Police fédérale de la Route,
  • le service RTBF Mobilinfo,
  • et d’autres services du SPW Mobilité et Infrastructures.

Le nouveau Centre Perex est le fruit d’une collaboration entre la SOFICO, qui finance les travaux, et le SPW Mobilité et Infrastructures, qui apporte son expertise. La construction du nouveau bâtiment passif et la rénovation de l’ancien bâtiment mobilisent un budget total de 30 millions €, en ce compris les nombreux équipements du bâtiment.

 

CONTEMPORAIN & BASSE ÉNERGIE

Composée de 5 niveaux d’environ 900 m² chacun, le nouveau bâtiment propose une superficie totale d’environ 4 500 mètres carrés résistante aux séismes. La présence de panneaux photovoltaïques et l’attention particulière donnée à l’isolation thermique en font un bâtiment passif à la consommation d’énergie proche de zéro. Le bâtiment se chauffe grâce à la chaleur dégagée par ses occupants et par les équipements électriques, tandis qu’en période de fortes chaleurs, un système de refroidissement basse consommation à forte inertie et des écrans extérieurs limitent au maximum le risque de surchauffe.

Sur le plan architectural, l’enveloppe extérieure en aluminium se décline différemment selon les niveaux. Chaque niveau se distingue par son matériau de façade et par une avancée ou un alignement de son volume.

Toujours présent, l’ancien bâtiment va bénéficier d’un sérieux « lifting » durant les prochains mois, avec l’objectif d’offrir une vision globale et unifiée de l’architecture : les châssis de fenêtre seront remplacés, un crépi isolant sera placé sur les murs extérieurs et la couverture de toiture sera entièrement remise à neuf. En ce qui concerne l’intérieur, les parachèvements seront revus et un nouveau système de chauffage ainsi qu’une nouvelle ventilation seront installés. Ces travaux de rénovation devraient être finalisés pour la fin de l’année 2019.

Au niveau des abords extérieurs, 120 nouveaux emplacements de parking seront aménagés et seront dotés d’aménagements pour les vélos ainsi que pour les voitures électriques.

 

VERS UN GESTION OPTIMISÉE DES RÉSEAUX

Le nouveau Centre Perex sera en mesure de gérer, contrôler et sécuriser les réseaux en temps réel. La modernisation des équipements, actuellement en cours, contribuera à tendre vers :

  • une modernisation du parc d’équipements dynamiques et de nouveaux panneaux à messages variables permettant de mieux communiquer auprès des usagers ;
  • le placement de signalisation dynamique d’affectation de voie en cas de fermeture d’une bande de circulation pour sécuriser le réseau lors d’un incident, des travaux, etc. ;
  • l’installation de caméras de contrôle supplémentaires ;
  • le remplacement des stations météorologiques obsolètes ;
  • la mise en place d’un système centralisé de gestion des temps d’attente aux écluses pour les bateaux ;
  • la gestion centralisée des ouvrages d’art hydrauliques de régulation ;
  • la télégestion des barrages-réservoirs ;
  • la centralisation des mesures hydrologiques ;
  • la maintenance centralisée des ouvrages.

 

Le Centre Perex offrira également :

  • la possibilité d’agir en temps réel sur le trafic ou sur un évènement majeur ;
  • une meilleure remontée de l’information liée au trafic ;
  • une plus large diffusion de l’information vers l’externe (opérateurs de terrain et usagers) ;
  • un accroissement de la rapidité de communication notamment via le réseau de fibres optiques ;
  • la multiplication des points de contrôle (caméras), notamment pour les bandes de covoiturage ;
  • la création d’un poste de contrôle opérationnel pour tout évènement lié à l’urgence sur les réseaux et pour la gestion des pré-alertes et alertes hivernales ;
  • la gestion des informations provenant des caméras de type « A.N.P.R. », installées par la Police fédérale en collaboration avec la Wallonie ;
  • la gestion d’applications pour des sujets spécifiques comme la lutte contre les véhicules fantômes, la gestion des places pour les poids lourds sur les aires d’autoroute, etc.

Carlo DI ANTONIO se réjouit de la concrétisation de cet ambitieux projet qui permet à la Wallonie d’être à l’avant-garde européenne des outils de gestion de ces réseaux et des données sur l’ensemble de son territoire.

 

Lien vers le Timelapse de la construction du nouveau Centre Perex

Get the latest news and read about the various projects in the Walloon structuring network in the SOFICO newsletter.

Projects ongoing
SOFICO activities
Le symbole « * » signifie « champ requis » conformément à notre Notice vie privée
En vous inscrivant à la newsletter, vous acceptez que vos données personnelles soient traitées conformément à notre Notice vie privée. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, conformément à la Notice vie privée